On entend tout sur tout et surtout n’importe quoi !

Rumeurs de salon

On a tous entendu dire ceci ou cela sur le SIDA.
Qu’on le veuille ou non, on a des idées toutes faites.
À vous de tester les vôtres.

La prévention

Ça me semble bizarre mais j’ai entendu dire que le test est gratuit.

Il suffit de se rendre dans un centre de dépistage ou de se faire prescrire le test par un médecin.

La transmission du SIDA

De toute façon, si le préservatif s’est déchiré une seule fois, plus la peine d’en mettre.

Même si l’un des partenaires est séropositif, le VIH peut ne pas avoir été transmis. Il est donc utile de continuer à se protéger.

Les préjugés

De toute façon, ils compliquent tout : le SIDA c’est comme le VIH.

Le SIDA est le stade avancé de l’infection, lorsque le VIH a avec le temps affaibli le système immunitaire de la personne infectée.

Les pratiques à risques

C’est un ami, je peux lui faire confiance.

50 000 personnes sont porteuses sans le savoir, l’amitié ne protège pas du SIDA

Le dépistage

S’il le faut, je me fais dépister plusieurs fois dans l’année.

Il ne faut pas hésiter à faire le test chaque fois qu’un doute existe.

La prévention

L’avantage quand on est puceau, c’est qu’on ne craint rien.

D’une part la maladie peut être transmise par le sang avant le premier rapport, mais il faut de toute façon se protéger par précaution tant que les deux partenaires n’ont pas fait le test.

La transmission du SIDA

Mon copain m’a offert un sex-toy, je suis tranquille avec ça.

En cas d’échange avec un ou une autre partenaire, le virus peut être transmis avec le liquide pré-séminal. Il faut toujours stériliser les sex-toys.

Les préjugés

Un ami m’a dit que le HIV était moins grave que le VIH.

HIV veut dire VIH en anglais, c’est la même chose.

Les pratiques à risques

C’est sûr, la sodomie, c’est safe.

Comme pour la pénétration vaginale, il faut se protéger avec un préservatif.

Le dépistage

Il y a un numéro SIDA Info mais ça doit être réservé aux sidéens.

SIDA Info Service rappelle n’importe qui gratuitement 7j/7, de 8h à 23h, sur un fixe ou un portable. Il suffit d’appeler le 0800 840 800, ils répondent à toutes les questions.

La prévention

J’ai entendu parler de trithérapie, cela doit sûrement guérir le SIDA.

C’est une méthode qui retarde l’infection du VIH mais qui ne constitue pas un remède.

La transmission du SIDA

Mais non, les moustiques ne peuvent pas transmettre le VIH.

En effet, ils ne réinjectent pas le sang d’une personne à l’autre. Il n’y a donc rien à craindre.

Les préjugés

Je n’y crois pas, une maladie ordinaire peut tuer quelqu’un qui a le SIDA.

L’immunodéficience veut justement dire que le système de défense du corps ne fonctionne plus, même contre une simple grippe par exemple.

Les pratiques à risques

No stress, c’est inutile de mettre deux capotes.

Cela peut même entraîner un déchirement et empêcher la protection.

Le dépistage

Pour les garçons, il faut donner du sperme pour détecter la maladie.

Le sperme peut contenir le virus, mais le test consiste en une petite prise de sang.

La prévention

En dehors de la période des règles, le cunnilingus ne craint rien.

Les infections sexuellement transmissibles peuvent se transmettre entre partenaires durant le sexe oral. Cependant, lorsqu’une femme n’a pas ses règles, le risque de transmission du VIH est très faible, et le virus ne peut pas être transmis par la salive. Si vous êtes actif sexuellement, le mieux est de vous faire tester régulièrement et surtout de vous montrer honnête envers votre partenaire.

La transmission du SIDA

La fellation, ce n’est pas comme faire l’amour. Donc pas besoin de capote.

Il y a toujours un risque de transmission du VIH lors d’une fellation ou d’un cunnilingus, certes moins élevé que lors de la pénétration. Le VIH se transmet également plus facilement si vous avez une IST non traitée ou si vous avez des coupures/aphtes à l’intérieur de votre bouche. Utilisez un préservatif ou une digue buccale si la personne recevant la fellation/ le cunnilingus ne s’est pas fait tester ou est séropositive.

Les préjugés

Moi je ne suis pas encore majeur, on verra ça plus tard.

La maladie touche aussi bien les jeunes que les adultes. Une mère séropositive peut transmettre le virus à son enfant.

Les pratiques à risques

Pour le sexe en groupe, 1 préservatif par personne suffit.

Il faut changer de préservatif à chaque changement de partenaire.

Le dépistage

ELISA doit être le nom de la première fille à avoir eu le SIDA.

C’est le nom d’une méthode de dépistage par la détection d’anticorps et d’antigènes.

La transmission du SIDA

Moi, je me moque d’embrasser un séropositif. C’est sans risque.

Le virus ne passe pas par la salive, les bisous ne craignent rien.

Les préjugés

Dans le porno, ils ne mettent jamais de capote. Ils sont immunisés.

Les acteurs et les actrices sont très exposés. Ils ne doivent pas tourner sans capote, sans avoir fait le test auparavant.

Les pratiques à risques

Lui, il se retire avant l’éjaculation pour éviter les risques. Il a raison

Cela ne sert à rien. Le virus se transmet pendant la pénétration et cette pratique n’est pas toujours efficace comme méthode contraceptive.

Le dépistage

Moi je pense que le don du sang est parfait pour dépister : ils doivent certainement vérifier.

Si une anomalie est détectée, le donneur est bien entendu prévenu. Néanmoins le don du sang ne se substitue pas à un dépistage VIH / SIDA, qui peut se faire de façon anonyme et gratuite dans les centres SIDA info service (0 800 840 800).